Accueil > Actualités > Conférences > Aimer

samedi 17 mars de 15 h 30 à 17 h

Aimer

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Tous publics
Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans
3 € - Adhérents des partenaires tremblaysiens

JPEG - 48.1 ko

Les thèmes de l’amour et de l’amitié déclinés en peinture, sculpture, photographie, de l’Antiquité au monde moderne.

On dit de la peinture qu’elle serait née du désir de conserver la trace de la présence aimée. Le mythe, qui nous vient de Pline l’Ancien, raconte qu’à l’origine de la peinture, il y a l’amour d’une jeune fille pour un homme qui doit partir à l’étranger. Celle-ci trace d’un trait de charbon le contour de la silhouette de son amant qu’une lampe projette sur le mur. Ainsi pourra-t-elle, grâce à cette empreinte, exorciser le manque à venir.

Dans le registre de l’amitié, seront essentiellement évoqués les portraits de groupe. L’Hommage à Delacroix signé de Fantin-Latour en 1894 inaugure ces représentations d’artistes, poètes et critiques, représentés entre eux, soudés par des liens affectifs rendus plus puissants encore par le partage de convictions communes.

Dans celui de l’amour, seront d’abord évoquées les amours divines, notamment avec Le Sommeil d’Endymion de Girodet-Trioson (1793), où l’on voit le jeune berger plongé dans un sommeil éternel recevant la visite nocturne de Diane éprise de sa beauté. Les amours complices et partagés (de La Fornarina de Raphaël au Baiser de Brancusi) seront également commentés. L’histoire tragique des amours malheureuses sut également largement flatter l’imaginaire des artistes : les morts d’Eurydice, celles de Léandre, d’Hyacinthe ou de Patrocle furent ainsi abondamment représentées.

Enthousiasme, peur, joie, rancune, autant d’émotions diverses illustrées en peintures, sculptures, gravure et toutes provoquées par l’amour, quelque forme qu’il puisse prendre.

S. T.

SYLVIE TESTAMARCK
Sylvie Testamarck est diplômée des Beaux-Arts de Paris. Travaille la sculpture jusqu’en 1992, date à laquelle elle abandonne définitivement cet outil d’expression au profit du dessin. Expose régulièrement. Assure par ailleurs des conférences sur Paris et environs. Elle est aussi professeur d’histoire de l’art à l’Université Averroès de Bondy.