Accueil > Actualités > Conférences et débats > Baroque et Classicisme en peinture et sculpture

samedi 6 avril à 15 h 30

Baroque et Classicisme en peinture et sculpture

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Tous publics
Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans
3 € - Adhérents des partenaires tremblaysiens

Le XVIIe siècle est marqué par l’opposition de ces deux courants artistiques impliquant, chacun d’entre eux, deux visions distinctes du monde.

Le terme baroque désigne un mouvement artistique postérieur à la Renaissance. Né en Italie, il se propage ensuite à toute l’Europe, s’adaptant toutefois au contexte social et religieux de chaque pays. L’objectif principal de l’art baroque étant de servir la contre-réforme dans son combat contre le protestantisme, c’est dans les pays catholiques qu’il s’est le mieux développé. À l’inverse de la pensée luthérienne prônant sévérité et sobriété, il s’agit ici de multiplier les effets impressionnants de façon à stimuler la foi du fidèle par la force des images proposées. En peinture, le baroque multiplie les effets illusionnistes, insiste sur les contrastes d’ombres et de lumières et multiplie les personnages en mouvement. La sculpture baroque, quant à elle, se caractérise par des draperies flottantes et la combinaison de plusieurs matériaux. Dans les pays du nord gagnés par la Réforme, ce mouvement se développera essentiellement dans l’architecture civile.

Art de somptuosité et de contrastes, le baroque s’oppose à la recherche d’équilibre et d’harmonie propre à l’idéal classique. En prenant l’art antique pour modèle, le classicisme, se caractérise par la primauté de la raison sur les passions à travers la recherche constante de la mesure. Les diagonales et spirales caractéristiques des œuvres baroques sont évitées. La construction du tableau s’élabore selon une harmonie mathématique : la symétrie et le respect des proportions y sont primordiaux.

Comme le baroque auquel on l’oppose, le classicisme se répandra en Europe puis, à travers le néoclassicisme (apparu à la fin du XVIIIe siècle comme une réponse aux extravagances du baroque), dans l’ensemble du monde occidental.
S. T.