Accueil > En création > Leçon de vocabulaire

d’octobre 2016 à décembre 2017

Leçon de vocabulaire

Projet de création de Cécile Babiole

JPEG - 47.7 ko

Note d’intention de l’artiste

Langue savoureuse, créative, l’argot se banalise au fur et à mesure qu’il se renouvelle. Chaque génération réinvente un nouveau vocabulaire, à son tour partiellement restitué dans la parole ordinaire.

Comme l’argot « classique » de la génération Tontons flingueurs, l’argot des adolescents d’aujourd’hui a la même fonction identitaire et cryptique d’exclusion des « autres », ceux qui parlent le français standard, c’est-à-dire la langue des adultes, de l’école et du pouvoir. Le langage sms, le verlan, mais aussi les langues des pays d’origine influent sur l’argot des adolescents, et c’est ainsi que de nombreux mots et tournures sont incompréhensibles pour la plupart des adultes. Inversement l’argot employé par les générations précédentes est peu connu des jeunes d’aujourd’hui.

Il s’agit ainsi de donner la parole à des jeunes et moins jeunes afin qu’ils transmettent leurs néologismes ou archaïsmes, leurs réflexions sur la langue et donnent au public une véritable « leçon de vocabulaire ».

Scénario sur le dispositif à développer et expérimenter
Dans la continuité du travail engagé autour du langage, deux nouvelles versions de Leçon de vocabulaire sont ici en préparation. Afin de les constituer, des séries d’entretiens sont imaginés avec une quinzaine d’habitants de 15 à 17 ans et une quinzaine d’habitants de plus de 60 ans.
Les installations prendront la forme d’une salle de classe symbolique, réduite à 4 pupitres munis de casques audio grâce auxquels le public peut suivre la « leçon de vocabulaire ».

Restitution

Leçon de vocabulaire sera visible à la médiathèque Boris Vian ou à l’Espace Jean-Roger Caussimon de Tremblay-en-France. Cette restitution donnera lieux à une rencontre-débat avec l’artiste et des temps de visites-ateliers ou visites commentées.

Rencontres avec les publics & ateliers


• Rencontres en présence de l’artiste

À l’Espace Jean-Roger Caussimon
Rencontre-débat autour des liens entre corporalité et oralité.
Présentation du travail de l’artiste

Chez nos partenaires
Introduction au projet de l’artiste dans le cadre du festival Photophores 2016, à l’Odéon - Conservatoire de Tremblay-en-France.

• Atelier de création

Parties intégrantes du travail engagé par l’artiste, les adolescents de l’Association des Jeunes Tremblaysiens (AJT) et les séniors du Foyer Croizat (à confirmer) seront les sources des entretiens avec Cécile Babiole. Différents temps d’enregistrements sonores viendront ainsi ponctuer le projet. En amont aux entretiens, une rencontre avec l’artiste sera effectuée autour d’œuvres réalisées précédemment.

• Autour du temps de résidence et de restitution

- Visites commentées pour les groupes et individuels
Visites commentées autour d’œuvres artistiques en lien avec la réflexion menée puis autour de l’œuvre présentée lors de la restitution.

- Visites-ateliers scolaires
Visites-ateliers en direction des élèves de primaire et secondaire pour aller à la rencontre du travail engagé par l’artiste, proposant un temps de rencontre avec une œuvre suivi d’une mise en pratique permettant de développer l’un des axes abordés.

- Site Internet et documentation
Pendant le temps de restitution, une documentation du projet et un dossier pédagogique seront mis en ligne sur le site de l’Espace Jean-Roger Caussimon. Une publication sur le travail sera proposée avec des textes plus théoriques sur le travail effectué.

SCIENTIFIQUE ASSOCIÉ
- Olivier Baude, docteur en Science du langage au Laboratoire Ligérien de Linguistique et à la DGLFLF.

CECILE BABIOLE
De la musique industrielle dans les années 80 (au sein du groupe Nox) aux arts électroniques et numériques aujourd’hui, le travail de Cécile Babiole évolue de manière transversale, croisant les circuits de la musique et des arts visuels. Loin d’une pluridisciplinarité de mise, c’est le passage d’un langage à un autre, la contamination d’un code par un autre, ou encore l’import/export de concepts ou de processus qui sous-tendent sa pratique. Ses derniers travaux s’intéressent à la physicalité à l’ère numérique, à l’archéologie des médias et à la parole.
Qu’elles apparaissent dans l’espace public (rue, autobus) ou privé (galeries, salles de concert), ses installations et performances interrogent avec singularité nos technologies présentes et passées.
Son travail a été exposé internationalement : Centre Pompidou Paris, Mutek – Elektra Montréal, Fact Liverpool, MAL Lima, NAMOC Beijing ... et distingué par de nombreux prix et bourses : Ars Electronica, Locarno, prix SCAM, bourse Villa Médicis hors les murs, Transmediale Berlin, Stuttgart Expanded Media Festival...
Elle est par ailleurs membre du collectif d’artistes-commissaires Le sans titre.

EN COMPLÉMENT
exposition de Cécile Babiole du 16 mars au 12 mai
Visites-ateliers scolaires du 16 mars au 12 mai de 9 h 30 à 11 h 30
Exposition collective du 2 au 22 juin

Un projet développé en partenariat avec la Délégation générale à la Langue française et aux langues de France (DGLFLF).