Accueil > Actualités > Conférences et débats > La Traversée des apparences

samedi 16 avril à 15 h 30

La Traversée des apparences

Conférence Histoire de l’art par Sylvie Testamarck

Tarifs : 5 € - Non adhérents
 / Entrée libre - Adhérents et moins de 18 ans
3 € - Adhérents des partenaires tremblaysiens

La traversée désigne ici le franchissement d’une vision à une autre, en l’occurrence celle des apparences (ce qui apparaît à la surface des choses) à ce qui pourrait éventuellement se percevoir au-delà de celles-ci.

Dans l’histoire de l’art, on trouvera de multiples exemples de cette volonté d’évoquer plastiquement un au-delà de la vision, et parmi ces derniers, celui de la catabase. Rappelons que celle-ci désigne un voyage entrepris dans le monde infernal suivi d’un retour parmi les vivants. Cet aller-retour n’est permis toutefois qu’aux seuls héros tel Ulysse, qu’aux poètes tel Orphée et qu’aux divinités tel Hercule. Tiré de sources littéraires distinctes - L’Illiade et l’Odyssée d’Homère, l’Enéide de Virgile, La Divine Comédie de Dante -, la descente aux enfers a inspiré de nombreux artistes. Cette dernière œuvre littéraire a inspiré, depuis sa rédaction en 1321, un nombre considérable d’artistes dont ceux de notre temps. En effet, on peut voir dans Acquaalta, l’installation de Céleste Boursier-Mougenot datée de 2015, une référence explicite à la traversée du Styx infernal relatée dans la première partie du récit de Dante.

Un autre thème largement décliné dans l’histoire de l’art, évocateur, lui aussi, de cet au-delà des apparences, est celui de la rencontre à Emmaüs décrit par l’apôtre Luc - le Christ ressuscité voyageant avec deux pèlerins se fait reconnaître d’eux en consacrant le pain et le vin. Parmi tous les peintres ayant traité ce thème (dont Titien, Véronèse, Caravage et Vélasquez), c’est Rembrandt qui en exécuta la traduction la plus émouvante. Par son utilisation très subtile du clair-obscur, l’artiste est ici parvenu à rendre picturalement un phénomène surnaturel.

Bill Viola, figure majeure de l’art vidéo, utilise ce médium pour explorer l’image en mouvement ainsi que le phénomène de perception comme une voie vers la connaissance de soi. Dans ses installations, il évoque souvent les thèmes de la naissance, de la mort, de l’embrasement, de l’ascension, comme dans Going Forth by Day, un polyptique monumental directement inspiré des fresques de Giotto à Assise.. Ou quand un artiste contemporain rencontre un peintre du Trecento dans une commune traversée des apparences.

S.T.